Une véritable consultation populaire

Fin de la législature précédente, l’instauration d’une véritable consultation populaire était défendue par les quatre groupes politique au Parlement wallon avec un texte commun. Mais malheureusement, la dynamique entreprise il y a quelques mois fut brisée dès le lendemain des élections par un revirement du PS et du cdH. Le citoyen a une fois de plus le droit de se sentir trahi…

« Le texte d’origine permettait à un tiers des députés du Parlement wallon ainsi qu’au gouvernement lui-même de lancer une consultation populaire mais depuis les électeurs nous ont permis d’obtenir à nous seuls le tiers requis. Du coup, le PS suivi aveuglement par le cdH a purement rayé cette condition. Pas question pour eux de perdre le contrôle. Avec la proposition de la majorité, le citoyen peut espérer lancer une consultation populaire mais seulement et seulement si ils sont au minimum 100.000 signataires ! » s’est alarmé Pierre-Yves Jeholet en Commission des Affaires Générales.

Pour le MR, un tel projet doit se discuter au-delà des clivages traditionnels, il faut le plus large consensus possible.

« L’élégance aurait été de la part du PS et du cdH de discuter avec nous afin de continuer à travailler ensemble sur un dossier aussi important pour les citoyens. Surtout qu’une majorité spéciale (un vote des deux tiers des suffrages au Parlement) est nécessaire. Je suis tout de même rassuré d’entendre que les députés de la majorité nous rejoignent sur un seuil de 50.000 signataires, beaucoup plus crédible par rapport à la taille de la Wallonie. Pour le groupe MR, si nos remarques continuent d’être entendues, nous pouvons imaginer créer une véritable démocratie participative. » a souligné Pierre-Yves Jeholet.