Plafond des rémunérations publiques : un combat de dix ans !!!

Il y a quelques années, le gouvernement wallon PS-cdH-Ecolo avait fait semblant d’entendre les demandes du groupe MR qui réclamait la transparence totale et la réalisation d’un cadastre de toutes les fonctions dirigeantes et de toutes les rémunérations publiques. Le but était d’éviter les conflits d’intérêt dans des fonctions dirigeantes pour les Intercommunales, les OIP et toutes les structures publiques comme des ASBL, par exemple. Et, à l’époque, le MR proposait déjà d’instaurer un plafond de 245.000 euros bruts pour la rémunération des gestionnaires publics.

« Nous avons dû batailler ferme pour obtenir une limitation du salaire des patrons dans les OIP wallons. Après un combat de près de dix ans et avec des ministres qui donnaient l’impression de jouer au chat et à la souris avec les parlementaires de l’opposition sur ce sujet, nous y sommes enfin arrivés! Nous n’avons jamais relâché la pression et nous allons enfin avoir ce plafond. Nous espérions 245.000 bruts mais le Ministre-Président a préféré instaurer une exception à 302.250 euros bruts pour les outils financiers ainsi qu’une absence totale de sanction en cas d’infraction à la règle. » regrette cependant Pierre-Yves JEHOLET et d’ajouter : « Autre regret, si le plafond est une avancée, l’absence d’un cadastre, pourtant promis, laisse place à toutes sortes de fantasmes concernant la rémunérations des dirigeants publics. Et pourtant, je suis certain que dans 95% des cas, il n’y a pas le moindre souci. Ne pas fournir de cadastre, c’est manquer de respect envers tous ces gestionnaires qui n’ont rien à se reprocher… »