Parcours d’intégration : Rendre obligatoire l’apprentissage du français, la formation à la citoyenneté et le suivi d’une orientation socioprofessionnelle

Depuis le 1er janvier 2015, le parcours d’intégration « light » (car obligatoire que dans sa phase d’accueil) est entré en vigueur.
Le député Pierre-Yves Jeholet a fait inscrire à l’ordre du jour de la Commission de l’Action sociale sa proposition de décret visant à étendre le caractère obligatoire du parcours aux trois autres modules aujourd’hui facultatifs : l’apprentissage du français, la formation à la citoyenneté et le suivi d’une orientation socioprofessionnelle.

Il a rappelé les droits et devoirs des primo-arrivants mais aussi de la Région en termes d’offre de cours de langue. « L’intégration, l’apprentissage de la langue, l’insertion socio-professionnelle, tout comme l’apprentissage à la citoyenneté, le partage d’un socle commun de valeurs doivent constituer une priorité régionale. » a rappelé Pierre-Yves Jeholet.

Le budget relatif à l’apprentissage obligatoire du français dépend de l’afflux de primo-arrivants – variant d’une année à l’autre – il est estimé entre 3 et 7 millions par an.
Lors du débat en Commission, le Ministre Prévot a promis l’entrée en vigueur des cours de français pour les primo-arrivants dans les 18 mois, au grand dam d’élus socialistes.

« Je note une fois de plus que le Ministre rejoint une partie de notre proposition mais qu’il semble toujours y avoir de fortes réticences sur les bancs socialistes de la majorité. Nous ne pouvons que donner rendez-vous au Ministre Prévot pour vérifier ce qu’il en sera lors des prochains débats budgétaires en espérant qu’il puisse enfin convaincre son partenaire socialiste… » s’est exprimé le député Jeholet à l’issue des débats.

Le MR souhaite également que les autres modules soient activés dans la foulée, en collaboration notamment avec le FOREM. Il s’agit d’un investissement indispensable pour de notre Région.