La Ville de Herve s’engage de manière ambitieuse pour le développement durable et les enjeux énergétiques et climatiques

À quelques jours de la tenue de la Conférence Internationale sur le Climat (COP21), la Ville de Herve a fait le choix de s’inscrire pleinement pour le développement durable et la diminution de son empreinte énergétique.

La Ville de Herve s’est engagée il y a plusieurs mois dans la mise en place un Plan d’Actions Energie Durable (PAED).  Un plan ambitieux qui a pour objectif la réduction des consommations énergétiques et, par-là, des émissions de CO2, avec comme volonté de réduire, à l’horizon 2020, ces émissions de 20 % par rapport à 1990.
Ce PAED s’adresse autant à l’administration communale qu’aux citoyens et aux entreprises afin de prendre des initiatives visant à réduire nos consommations énergétiques.

Au niveau communal, le PAED cible des bâtiments communaux prioritaires d’un point de vue énergétique et sur lesquels des actions sont à poser.  De nombreux travaux ont déjà été réalisés dans ce cadre (nouvelles chaudières moins énergivores, vannes thermostatiques, isolation de tuyaux de chauffage, placement de lampes LED, monitorings de contrôle d’électricité et de mazout, remplacement de châssis, …).

Lors du Conseil communal de ce lundi 16 novembre, la Ville de Herve a également décidé, à l’unanimité, de s’inscrire dans le projet RenoWatt, une initiative du Groupe de Redéploiement Economique de Liège et dont l’objectif est d’établir des contrats de performance énergétique (CBE) afin d’une part de diminuer la facture énergétique et l’empreinte CO2 des Villes et Communes et d’autre part de garantir la performance énergétique des investissements et des travaux réalisés.

« Dans un premier temps, nous avons voulu cibler les bâtiments scolaires et sportifs ainsi que les ateliers communaux. Et par la suite, nous proposerons également d’entamer des travaux d’économies d’énergie pour l’ensemble des bâtiments repris dans l’étude du GRE. Ces travaux apportent également une plus-value et revalorisation au patrimoine communal qui bénéfice de ces travaux d’isolation.  Et enfin, le projet permet d’épargner 259 tonnes de CO2 par an, soit plus de 6 tours du monde en voiture. » a déclaré l’Échevin, en charge de l’Énergie, Jean-Pol DELLICOUR.

Les 8 bâtiments communaux de Herve faisant partie de ce projet sont : l’atelier du Chesseroux, l’école de Bruyères, l’école de Grand-Rechain, l’école de Xhendelesse et le centre culturel, l’espace de l’Hôtel de Ville de Herve, la piscine de Herve, la salle sportive de Grand-Rechain et le Hall des sports de Herve.

L’investissement total pour réaliser les travaux énergétiques, prime UREBA comprise, est estimé entre 1.458.565 et 1.626.991 €, représentant une économie annuelle de 43 à  50% en électricité et 35 à 41 % en gaz, soit une économie de plus de 115.000 € par an.

Pour l’échevin des Finances, Philippe DUMOULIN, ce projet présente de nombreux avantages.
« C’est un projet rentable à court terme (les économies d’énergie remboursent les investissements en 13 à 16 ans) mais surtout très rentable sur le long terme avec plus de 2 millions de boni net des investissements initiaux en 30 ans.  A cela s’ajoutent les économies en électricité et gaz qui s’élèvent à plus de 115.000 € par an.
Nous avons aussi une garantie en termes de diminution énergétique minimum via la mise en œuvre des contrats de performance énergétique.  Si cette diminution n’est pas atteinte, la société de service énergétique payera une indemnité à la Ville.

Et le Bourgmestre Pierre-Yves JEHOLET de conclure : « Voilà un projet ambitieux, soutenu par l’ensemble du Conseil, et qui, à quelques jours de la COP 21 démontre la volonté de la Ville de Herve de prendre ses responsabilités, à l’échelon communal, pour lutter contre les problèmes environnementaux et les défis climatiques majeurs que nous devons relever. »

Article publié dans : Herve