Inscriptions dans l’enseignement maternel, Pierre-Yves Jeholet demande que la fédération Wallonie-Bruxelles prenne ses responsabilités

La proposition du cdH et du PS d’abaisser l’âge de l’obligation scolaire n’est pas neuve et c’est un vieux débat qui remonte déjà à plusieurs années. C’est bien beau, mais ce qui doit nous préoccuper prioritairement c’est aussi et surtout de faire de l’école maternelle un véritable atout de réussite pour les enfants. De toutes les étapes de la scolarité, l’école maternelle influence de manière déterminante le futur parcours des enfants. Outre l’impact tangible qu’elle produit sur l’enfant, l’école maternelle marque également le premier contact des parents avec le monde scolaire, un moment opportun qui permet de sensibiliser les familles issues de milieux précarisés au monde de l’enseignement.

Les partis de la majorité à la Fédération Wallonie-Bruxelles ont les cartes en main, depuis de nombreuses années d’ailleurs, pour initier ce changement et pour motiver les parents à inscrire leurs enfants dans le maternel mais aucune décision n’a été prise à ce sujet.

C’est un débat que Pierre-Yves JEHOLET porte au Parlement depuis déjà plusieurs années mais qui a, jusqu’à présent, toujours été rejeté par le cdH et le PS.

Cette proposition de décret du député Pierre-Yves JEHOLET vise à encourager les inscriptions dans l’enseignement maternel, une proposition qui incite les parents à inscrire leurs enfants dans l’univers scolaire dès l’âge de trois ans.

« Je me réjouis de constater que mon projet semble maintenant séduire la majorité et j’ose espérer qu’elle rencontrera dès lors un large consensus » a indiqué PY Jeholet.

Ce sont justement les enfants qui en ont le plus besoin, notamment parce qu’ils sont issus de familles où l’on ne pratique pas la langue française ou qui sont les plus défavorisées, qui font l’impasse sur l’école maternelle. Or, la fréquentation irrégulière de l’enseignement maternel peut engendrer un retard scolaire important.

« Il ne s’agit en aucun cas d’une volonté d’abaisser l’âge de la scolarité obligatoire, ni de primariser le maternel, mais de mettre en place un système d’incitation et d’information destiné aux parents afin qu’ils prennent conscience des bénéfices qu’enfants et enseignants pourraient retirer d’une inscription précoce. La Ministre de l’Education a toutes les cartes en main pour mener à bien ce projet. J’ose espérer qu’on n’en restera pas, une fois de plus, aux grands effets d’annonce et que de réelles mesures concrètes seront prises », poursuit M. Jeholet.

Lire la proposition de décret déposée par M Jeholet